Hellébores

 

Dsc 3632 copie

 

Après un record de pluviométrie enregistré en Décembre et Janvier les terres argileuses et lourdes du jardin sont saturées d'eau, pourtant une plante tire son épingle du jeu dans ces conditions difficiles : l'hellebore.

Avant de devenir la rose de Noël qui déploie ses fleurs de nacre chez tous les fleuristes à la veille des fêtes de fin d’année, l’hellébore a parcouru un long chemin dont le but n’avait strictement rien de purement ornemental.

Dsc 3702 copie

On relève les premières traces d’un emploi de l’hellébore chez les Grecs, environ cinq siècles avant Jesus Christ. Il s’agit probablement de l’Hellebore orientalis, dont Hippocrate aura vanté les effets méritoires. Elle fut considérée, à ce titre, comme le remède par excellence de la folie et utilisée comme plante médicinale et vétérinaire. La poudre de racines séchées était prise par ingestion, comme purgatif pour traiter la folie et les crises d'épilepsie. Plante très vénéneuse, l'hellébore, dont la toxicité provient de la présence de diglycosides cardiaques, qui agissent directement sur le muscle cardiaque en provoquant des convulsions, du délire et parfois la mort.

Dsc 3897 modifie 1                                                                                                                                                       Dsc 3758 copie

Les hellébores croissent principalement en Europe, avec les Balkans pour le centre de diversité. Il y a une petite extension en Asie (deux espèces en Asie mineure et une en Chine). Aucune espèce n'est indigène en Amérique mais certaines espèces ont été introduites.En effet la célèbre rose de Noël n’existe pas dans la nature, elle n’est qu’un cultivar destiné aux jardins, dont il lui arrive, très rarement, de s’échapper.

 

Dsc 3700 copie

 

L'intérêt d'adopter cette plante dans son jardin est tout d'abord son époque de floraison (hivernale ou printanière) et sa grande résistance pourvu qu'on sache prendre quelques précautions. Cette plante a des racines charnues, parfois franchement tubéreuses (Helleborus vesicarius), et il est prudent de ne pas l,installer trop près d'autres plantes car son système racinaire peut devenir rapidement concurentiel pour les voisines.

Heleborus vesicarius copie

 

L'hellebore est en majorité une plante de sous-bois sur sol calcaire mais supporte très bien des sols légèrement acides

Il est conseillé de planter les héllébores dans un sol léger, riche en humus retenant l’humidité, mais bien drainé. L'humidité en hiver est funeste pour beaucoup d’espèces toutefois force est de constater qu'ici au jardin elles s'accomodent parfaitement de la terre lourde et humide. À l’exception de Helleborus vesicarius, les hellébores n’aiment pas être en plein soleil en été et une place à mi ombre fera leur bonheur. Une fois bien installés, les hellébores n’aiment pas être dérangés ou transplantés.

Dsc 3753cop copie                                                              Dsc 3645 copie                      Dsc 3643 copie                                                     

 

.

Les fleurs constituées de 5 sepales verts où colorés, sont parfois doubles (surtout dans les nouvelles obtentions), ou avec un cœur d'anémone, quand aux coloris ils présentent une palette presque infinie de quoi combler tous les amateurs.

 

Dsc 3638 copie                                                                                     Dsc 3642 copie                                                                                                                 Dsc 3746 copie 

Les hellébores, en particulier Helleborus niger et les hybrides à fleurs jaunes, sont sensibles aux maladies cryptogamiques, qui provoquent des taches noires sur les feuilles. Lorsque l’infection est sévère, elle peut aboutir à la mort de la plante.

Helleborus niger                                               Dsc 3761 copie

      

Une plante qui va égayer les jardins en fin d'hiver, rustique et résistante à condition de respecter quelques règles. Enlever les vieiles feuilles avant la floraison, enlever les fleurs avant la mise à graine si l'on veut limiter les semis spontanés, tout en sachant que ces derniers peuvent donner quelques belles surprises. En effet il n'est pas rare de retrouver dans ces semis une nouvelle variété fruit du croisement de deux espèces présentes au jardin.

Léon Faligot jardin de Basroger